Publicité

  • Agressions sexuelles13 nouvelles accusations contre Michel Giroux et un complice arrêté
    • Publié le 7 mai 2019 à 12:24 HE
    5 409 affichages
    Agressions sexuelles : 13 nouvelles accusations contre Michel Giroux et un complice arrêté
    Service de police de la Ville de Gatineau
    Michel Giroux, 26 ans, fait face à 13 nouvelles accusations suite à l'appel fait le 27 février 2019 par le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG).
     
    Giroux a été arrêté de nouveau par les policiers du SPVG le 1er mai 2019 vers 15 h.
     
    Il fait face à des accusations d'agressions sexuelles armées (commises par plus d'un individu à la fois), d'avoir vaincu la résistance à la perpétration d'une infraction par l'administration d'une substance et de voyeurisme.
     
    Les policiers du SPVG ont également arrêté un complice, Vincent Carrières, 28 ans, pour des infractions similaires.
     
    Il fait face à des accusations d'agressions sexuelles armées (commises par plus d'un individu à la fois) et d'avoir vaincu la résistance à la perpétration d'une infraction par l'administration d'une substance.
     
    Rappelons que Giroux utilisait des applications de rencontre, notamment Tinder et Bumble.
     
    Il utilisait sa véritable identité pour contacter ses victimes.
     
    Après avoir échangé avec elles, il les invitait à le rejoindre chez lui ou à se rendre chez un ami à lui.
     
    Lorsque les victimes se rendaient au domicile de l'homme, elle constatait qu'un ami à lui était présent.
     
    Lorsque les victimes se rendaient directement au domicile de l'ami, Giroux les accompagnait.
     
    Une fois arrivées, les victimes consommaient de l'alcool de façon à ressentir des symptômes d'intoxication avancée et un sentiment de paralysie.
     
    Giroux et son ami pratiquaient ensuite des actes sexuels sur leurs victimes, malgré l'absence de consentement.
     
    Une substance intoxicante, possiblement du GHB, pourrait avoir été administrée aux victimes.
     
    Carrière pourrait avoir fait d'autres victimes, en agissant seul ou en présence d'autres individus.
     
    Service de police de la Ville de Gatineau (Facebook)

Publications connexes

Commentaires

Publicité